Menu

Diffusion du Pôle

15 Mai – Espèce de Collectif – « Pour en découdre »

« À l’origine de cette pièce, il y a la curiosité de l’un pour l’autre, le désir d’une collaboration, de rencontrer l’autre dans le travail de création, de se mettre chacun à l’épreuve du décalage que pourrait susciter cette collaboration et la volonté de mettre sans ambages et sans retenue les pieds dans le plat de la création chorégraphique. À l’origine il n’y a que cela. Pas d’intention, pas de propos, pas d’orientation à donner
au travail.

Pour commencer, notre recherche s’est structurée autour de deux axes :
– d’un côté la pratique du corps, l’improvisation, la présence de nos deux individualités dans un espace de travail,
– de l’autre la pratique de la parole, des discussions récurrentes sur le sens de notre pratique, de notre métier, de notre engagement.

La teneur de la pièce, son sujet, s’est dessiné ainsi : laisser venir ce qui devait émerger de la rencontre. Cela nous a permis de placer cette collaboration au cœur du propos de la pièce.

La divergence de nos parcours, de nos mobilités, de nos points de vue, ont contribué à orienter notre recherche vers une interrogation sur la fabrication et l’interprétation de l’œuvre, devenant ainsi la question majeure de la pièce, celle qui a jalonné tout le temps de la création de Pour en découdre. De fait, Pour en découdre raconte l’histoire de sa propre fabrication. Nos doutes, nos certitudes, nos questionnements quant à la manière de construire cette pièce, de la concevoir, de l’écrire, de choisir ce qui la nourrit, mais aussi quant à la manière de l’interpréter, de la traverser et de passer de notre place de chorégraphe à celle de danseur.
La meilleure façon de questionner la construction nous a semblé d’user de la déconstruction. Nous avons défait, décalé, démonté les codes et attentes de la représentation, pour les reconstruire à notre manière. Nous avons manié l’autodérision, qui est aussi une forme de déconstruction, nous permettant d’avoir un peu d’humour et de recul pour manipuler des matières qui pourraient paraître pompeuses : ce que nous sommes. »

Étienne Fanteguzzi & Damien Briançon

10 Juillet – « Danseurs en Herbe »

2 ème édition de l’événement « Danseurs en Herbe » qui a pour but de faire découvrir aux plus jeunes l’univers de la Danse et de la Musique. Par exemple avec des ateliers ludique durant la matinée et l’après-midi.

Et en leurs faisant découvrir différents spectacles en rapport avec ce qu’ils auront vu précédemment. La première édition s’étant dérouler sans encombre a pu attiré une cinquantaine d’enfants durant la journée, et de nombreux spectateurs en fin d’après-midi.

 

 

 

 

Evénements qui ont eu déjà eu lieu:

1er Septembre – « Mouvements de Rue »

 

Comme chaque années l’événement « Mouvements de Rue » fait son retour, cette fois-ci, celui-ci n’aura lieu qu’à Sedan.

Une déambulation aura lieu dans les rues de Sedan et ainsi en parcourant la ville des spectacles (ou extrait de ceux-ci) vous seront présentés. Différentes compagnies seront présente:

Compagnie Accord des Nous

Compagnie AirBlow

Compagnie Trio

Collectif de la rivière qui marche

Compagnie Jordi Vidal (Pour le Flash Mob)

 

Toute l’animation finira alors sur un flash mob. Et si vous souhaitez participer à celui-ci, nous somme disponible par mail, ou par Facebook pour l’inscription.

Pour plus d’information, notre page Facebook ainsi que notre site sont a votre disposition.

 

6 Octobre – « Nuit Blanche » 

En cours..

12 Octobre – Cie Koracorps – « Elle était libre, D’aller et venir, Jusqu’à hier » – Scolaire 

 

Au plus loin des souvenirs de l’artiste, elle a toujours aimé voir les femmes danser durant
les mariages au Maroc. Elle avait l’impression de voir l’indicible…l’extase inavoué.

Les éclats de rires des femmes et l’acte de danse dans le jeu sophistiqué des cérémonies marocaines, étaient pour elle les seuls indices de transmission des différents pouvoirs féminins. La danse, qu’elle soit improvisée, codifiée ou présente sous forme minimaliste dans la gestuelle s’exprime avec force.